Gérer ses émotions négatives

Gérer ses émotions négatives

Certaines personnes mettent en place des stratégies d’addiction pour réussir à gérer leurs émotions.

Nous retrouvons des profils addicts à la nourriture, à la cigarette, l’alcool, la drogue, le shopping, les jeux d’argent etc…

Ces profils addicts vivent une émotion désagréable et suivent leur cerveau, c’est à dire que lorsqu’ils vont fumer une cigarette par exemple, ça sera tel un « shoot de dopamine » qui va leur permettre psychiquement de contrebalancer et de se sentir soulagés. La diction va se mettre en place et dès qu’ils ressentiront un coup de stress ils prendront une cigarette, dès qu’ils se sentiront tristes ils iront manger, dès qu’ils seront en colère ils boiront un verre et ainsi de suite…

C’est le seul moyen pour « Les accros » de gérer leurs émotions en interne.

L’émotion

Il est vrai que nous sommes des « êtres d’émotions » et heureusement parce que si on avaient pas d’émotions nous serions comme des robots (aucune émotion agréable ni désagréable), les émotions sont importantes, une émotion représente « le sel de la vie », c’est ce qui fait que la vie vaut le coup d’être vécue ! En vain, les émotions c’est comme un « Package », toutes les émotions ont un sens, il y a des émotions agréables (la joie, la sérénité, la gratitude…) et il y a des émotions désagréables (la colère, la tristesse, la peur…).

L’idée c’est qu’il faut réussir à gérer ses émotions autrement que par les addictions, parce que les addictions font mal au corps, au portefeuille lorsque vous fumez et lorsque vous mangez.

Par exemple si vous mangez excessivement vous prendrez des kilos et des kilos, puis vous allez vous sentir mal dans votre peau, vous allez culpabiliser, votre image de vous-même va se dégrader.

L’enfance et les émotions

La seule façon de bien gérer ses émotions c’est qu’elles sortent, nous appelons ça en anglais « e-motion », dans ce mouvement nous observons grâce aux experts en gestion d’émotions que lorsque les enfants sont dans une famille normale où tout se passe bien, qu’ils sont naturellement connectés au jeu et à la joie, ils passent leur temps à jouer, à être joyeux et dès qu’ils ont une « émotion négative » déguisée en « émotion désagréable » ils l’a sorte.

Par exemple, un petit garçon de 3 ans qui est en colère il ne prête pas attention au fait qu’il soit dans sa chambre ou dans un supermarché où il y a 300 personnes. S’il est en colère il tapera des pieds, il hurlera, il sortira sa colère et une fois que sa colère sera sortie il se reconnectera avec la joie.

Les émotions négatives

Les émotions négatives sont comme des poubelles il faut les sortir. Si vous gardez les poubelles chez vous dans votre appartement, à un moment donné ça sentira mauvais, les émotions sont pareilles, les émotions désagréables il faut les sortir tout comme les poubelles.

Prenons exemple sur les enfants, l’enfance c’est la période où nous savons gérer nos émotions parce qu’ensuite, plus nous grandissons et plus les adultes nous apprennent à cacher nos émotions « ne te met pas en colère ce n’est pas beau » , « il ne faut pas pleurer parce que lorsqu’on est petit garcon on ne pleure pas »… Les parents nous apprennes à ne pas montrer qu’on a peur car pour eux, la « tristesse » ou la « peur » sont des signes de fragilité.

Donc les adultes nous apprennent à un moment donné à cacher nos émotions et c’est mauvais parce qu’il faut apprendre à sortir ses émotions.

Retourner en enfance pour lutter contre les émotions négatives

Faites comme si vous aviez 3 ans, isolez-vous quand vous voulez sortir vos émotions désagréables, allez dans votre chambre, hurlez dans votre polochon lorsque vous êtes en colère, tapez sur votre bureau, sur un sac de frappe, crier en forêt, dans les vignes, peu importe, là où vous voulez tans que ça sort ! Imaginez que vous soyez un acteur/une actrice de cinéma qui joue le rôle d’un petit enfant qui est en colère ou triste et juste le fait de mettre en scène, c’est une façon de faire.

Quand vous ressentez une émotion et qu’il s’agit de la sortir vous pouvez également en parler aux personnes autour de vous, ça vous permettra de sortir ce que vous avez sur le cœur.

Le cahier de l’émotion, un nouveau « journal thérapeutique »

Vous pouvez également écrire vos émotions.

Choisissez un beau carnet et un beau stylo, la créativité permet d’apprécier le moment, de le rendre ludique, réalisez cet exercice, testez-le pendant une semaine et voyez comment vous vous sentirez. Tentez de ritualiser ce moment d’écriture tous les soirs avant de vous coucher, vous écrivez dans ce beau carnet qui va se transformer en une sorte de « journal thérapeutique », décrivez une émotion désagréable de votre journée, la plus importante de votre journée, et décrivez comment vous vous êtes sentis en deux lignes ou en une page, peu importe ! Décrivez les choses de la manière la plus précise possible.

En posant une émotion sur un papier vous vous sentirez soulagé dans votre tête et dans votre cœur, car ça sera votre propre « cahier de l’émotion ».

Le fait de réfléchir à comment décrire au mieux cette émotion, ça vous fera travailler votre néocortex (le cerveau de l’analyse) et ça fera passer votre émotion du cerveau limbique au néo cortex et donc votre émotion changera de forme, elle s’apaisera parce que le fait de retranscrire l’émotion sur un papier ça se calmera pour vous, et si la situation que vous décrivez est amené à se reproduire, le fait de l’avoir écrit, d’y avoir réfléchi, d’avoir posé les mots dessus, vous ne la vivrez plus de la même façon.

Alors tentez de reproduire cette « hygiène émotionnel », de sortir les poubelles, sortir vos émotions, sortir l’émotion principale tous les soirs sur un cahier tout en précisant le plus possible comment vous vous sentez.

Il existe un vocabulaire des émotions, par exemple la colère il y a dix façons de décrire ce mot,

« Je suis en colère »

« Je suis vénère »

« Je suis fou de rage »

« Je suis stressé »

« Je suis agacé »

« Je suis anxieux »

Il y a plein de façons de décrire chaque émotion et plus vous allez décrire l’émotion de la façon la plus précise possible et plus vous allez sortir cette émotion de la meilleure manière possible, c’est vous qui parlez avec votre cœur, il faut que ce soit vos mots, votre façon de parler ! Cela vous apaisera par rapport à votre addiction, par rapport à la nourriture, la cigarette ou autre chose.

L’idée, c’est d’arriver à mieux gérer vos émotions pour vous apaiser et pour réduire votre addiction, pour reprendre le contrôle. Nous sommes tous différents mais on veut tous être un peu plus en paix

David.

👉 Ralenticlope™, mon programme pour diminuer de 50% sa consommation de cigarettes sans arrêter totalement (Pour ceux qui ne sont pas prêts à arrêter, 9,90€)

👉 123 Stop Tabac, mon programme pour se libérer de la cigarette en 21 jours, sans manque, sans stress et sans prendre de poids (Pour les petits et moyens fumeurs, 77€)

👉 Adieu la cigarette !™, mon programme d’accompagnement ultime pour arrêter de fumer en 3 mois sans manque, sans stress et sans prendre de poids (uniquement pour les gros fumeurs, 297€)

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *