Les effets de la nicotine sur sur le cerveau

Il est indéniable que le tabac a des effets néfastes sur la santé même si malgré les mises en garde certains n’arrivent pas à arrêter de fumer. Si l’organisme en général, et les poumons en particulier, sont soumis aux affres de la cigarette, on ignore généralement à quel point fumer peut être dangereux pour le cerveau. Cet article veut donc répondre à une question ; quels sont les effets de la nicotine sur le cerveau humain ?

Les risques du tabac pour la santé

Peut-être faut-il commencer par rappeler de manière générale les effets de la cigarette sur le corps humain ? Si oui, nous ferons remarquer que fumer diminue les fonctions respiratoires, que la cigarette rend les poumons sensibles à bien d’autres polluants, que la cigarette entraîne des sécrétions bronchiques, qu’elle provoque des brûlures des lèvres ou de la langue, qu’elle détruit les papilles gustatives ouvrant la voie à des infections microbiennes ; que le tabac peut provoquer des toux chroniques, ou encore les lésions cancéreuses des poumons ou du larynx, etc.

Le nombre de produits chimiques et toxiques dans le tabac 

Il y a dans la cigarette environ 4000 produits chimiques et toxiques. Certaines de ces substances, présentes aussi dans la fumée, traversent la membrane qui sépare le sang du liquide céphalo-rachidien dans lequel le cerveau immerge. Ce qui, en plus de l’excitation du cerveau, est à l’origine des céphalées.

En outre, les substances chimiques présentes dans la cigarette provoquent une perte d’appétit, ce qui explique la prise de poids lorsqu’on arrête de fumer. Avec le temps, ces agents chimiques causent aussi une altération et une obstruction des artères du cerveau. D’où le risque potentiel d’accidents vasculaires cérébraux. La cigarette est donc nuisible pour l’organisme en général.

Les conséquences du tabac sur le cerveau

Le principal effet néfaste de la cigarette sur le cerveau est la dépendance. En effet, la nicotine agit sur le cerveau et provoque dans ce dernier de nombreux changements chimiques et biologiques. D’où la dépendance à la cigarette que l’on observe chez de nombreux fumeurs. Voilà pourquoi malgré les effets désagréables provoqués par le tabac, l’organisme finit par s’y habituer au point de ne plus ressentir ces différents désagréments. Certes, la dépendance au tabac n’est pas aussi forte qu’avec l’héroïne, mais elle est bien réelle.

Comment la nicotine agit sur le cerveau ?

Comme l’acétylcholine, la nicotine va se fixer sur des récepteurs nicotiniques. En le faisant, la nicotine va déclencher une réaction qui, en l’absence de la consommation de cigarette, n’aurait pas eu lieu. Voilà pourquoi plus on s’expose à la nicotine, plus cette dépendance va se développer. Les récepteurs nicotiniques étant présents dans plusieurs régions du cerveau, la prise de nicotine à répétition va libérer de la dopamine dans certaines aires cérébrales. Si le fumeur ne consomme pas de nicotine, très vite le récepteur nicotinique va retrouver sa sensibilité d’où l’agitation et l’inconfort qu’il ressent, lesquels vont le poussent à fumer. Ce sont là des symptômes du syndrome de manque de nicotine.

Comme vous pourrez le remarquer, les personnes souffrant de maladies mentales sont enclines à beaucoup fumer. Ceci s’explique par une augmentation chez eux de la dopamine. La cigarette constitue un calmant pour les personnes souffrant de troubles mentaux. Voilà pourquoi, et en raison de ce surplus de dopamine, il leur est difficile d’arrêter de fumer. Il existe pourtant aujourd’hui des solutions pour arrêter de fumer sans souffrir du sevrage, comme l’hypnothérapie, qui va agir sur l’inconscient pour modifier la perception que le fumeur a de la cigarette.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *