Arrêter de fumer pour aider ses poumons à se régénérer

Les dommages du tabac pour la santé sont nombreux. Parmi ces risques, on retrouve notamment le cancer du poumon. Ce risque s’amenuise cependant si l’on arrête de fumer. Certains chercheurs démontrent aujourd’hui qu’en arrêtant de fumer, on permet aux poumons de se régénérer, éliminant ainsi les cellules cancéreuses potentielles. Cet article a pour but de vous expliquer comment l’arrêt du tabac peut aider à la protection des poumons.

Pourquoi fumer peut causer un cancer ?

À l’origine du cancer, on retrouve les mutations génétiques au sein d’une seule cellule. Ces mutations, en faisant sauter les barrières qui empêchent normalement la croissance de cette cellule, entraînent à l’inverse à un développement rapide et incontrôlé. La vie d’une cellule est ponctuée par 20 à 50 mutations par an. Mais ces mutations sont généralement sans danger pour notre organisme.

Cependant, si cette mutation cellulaire a lieu sur le mauvais gène, il est possible qu’il se développe un cancer. C’est ce qu’on appelle dans le jargon une mutation pilote. Il en faut entre 5 et 10 pour que se développe une cellule cancéreuse. Or, en procédant à un séquençage ADN des cellules cancéreuses des poumons des fumeurs et de celles de non-fumeurs, il s’est avéré que le tabagisme est à l’origine d’une augmentation du nombre de mutations cellulaires dans les poumons.

Dix fois plus de mutations chez le fumeur

C’est en tout cas, le résultat d’une étude réalisée sur 16 personnes parmi lesquelles, 4 non-fumeurs, 6 ex-fumeurs, 3 fumeurs et 3 enfants ayant participé à la recherche eux aussi. En réalisant chez chacun de ces patients des petites biopsies des voies respiratoires, notamment des cellules seulement, il s’est avéré que les mutations génétiques chez les fumeurs augmentaient régulièrement avec l’âge.

Ainsi, l’étude rend compte de ce que chaque cellule pulmonaire du fumeur compte près de 5000 mutations de plus que chez un non-fumeur d’un âge équivalent. En outre, elle précise qu’on observe un nombre variable de mutations d’une cellule à une autre chez le fumeur. C’est ainsi par exemple que, certaines cellules comptent entre 10 000 et 15 000 mutations, soit 10 fois plus que chez un non-fumeur. Et, l’empreinte des substances chimiques contenues dans la fumée du tabac est bel et bien présente dans ces différentes mutations. Ce qui fait dire aux chercheurs que le tabagisme est bien à l’origine de ces mutations.

Outre ces mutations génétiques en augmentation, il a aussi été constaté une augmentation du nombre de mutations pilotes présentes dans plus de ¼ des cellules pulmonaires des fumeurs. Et, compte tenu du fait que 5 à 10 de ces mutations sont responsables du cancer du poumon, il est clair qu’avec le temps, les cellules pulmonaires des fumeurs deviendront cancéreuses.

Arrêter de fumer pour éviter un cancer de poumons 

En étudiant les cellules pulmonaires des anciens fumeurs, les chercheurs ont découvert qu’elles étaient de deux groupes. Les premières contenaient les mêmes mutations que chez les fumeurs, les autres étaient tout à fait normales. Mais, ces cellules normales étaient 4 fois plus nombreuses chez ceux-ci que chez les fumeurs. Ce qui signifierait qu’en arrêtant de fumer, le nombre de cellules normales augmente pour repeupler la paroi des voies respiratoires.

Même chez ceux ayant fumé chaque jour, pendant 40 ans, un paquet de cigarettes, ces cellules se régénéraient. Ce qui signifie clairement qu’en arrêtant de fumer, le risque de développer un cancer de poumon diminue. Il existe plusieurs techniques fiables pour arrêter de fumer parmi lesquelles, l’hypnothérapie. Rappelons que cette étude, dirigée par le professeur Sam Janes, a été réalisée par le Wellcome Trust Sanger Institute.

Partager l'article
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *